Comment aborder l’étude d’un nouveau thème ?

École de jazz à Paris | Cours d'instruments et théorie

Comment aborder l’étude d’un nouveau thème ?

Un professeur ou un collègue musicien vous a proposé de jouer un nouveau morceau ?
Votre premier réflexe est de vous jeter sur le Real Book ? Erreur…

Aborder un morceau inconnu est une étape importante dans la vie d’un musicien. Chaque nouveau thème, chaque nouvelle mélodie vient enrichir un répertoire que l’instrumentiste tend à enrichir le plus possible au fil des années – par pure tradition, dans le jazz. Pourtant, c’est en grande partie de la méthodologie employée que dépend la bonne mémorisation d’un thème. Comment s’y prendre, donc ?

La première chose à faire n’est certainement pas de se jeter sur un Real Book, comme nous l’avons dit, mais bien d’écouter un maximum de versions du standard étudié.

Les questions de base à se poser

Voici un exemple. Vous êtes sur le point de jouer My Favorite Things, vous avez comme tout le monde la version de John Coltrane et les harmonies envoûtantes de McCoy Tyner dans les oreilles.

  • Pouvez-vous dire d’où ce thème provient originellement ?
  • Connaissez-vous la mélodie dans sa forme chantée ?
  • Savez-vous que beaucoup de libertés formelles ont été prises en regard de la comédie musicale ?

Ces quelques questions ont pour but de vous faire prendre conscience de l’évidence : il faut toujours faire la généalogie d’une œuvre et retourner à sa version la plus élémentaire, sa version-racine. Ce travail, qui revient en outre à développer sa culture générale, est absolument crucial. Il vous garantira une connaissance précise de la mélodie, posera les jalons harmoniques essentiels et vous permettra de mieux apprécier les trouvailles musicales des artistes qui se sont emparés de ce même thème.

Analyser le thème et sa trame harmonique

Ainsi la deuxième étape est-elle presque une conséquence de la première : vous devez vous assurer de savoir parfaitement… la mélodie ! Si cette étape vous semble superficielle, faites le test : jouer les notes de n’importe quel morceau sans aucun accompagnement, d’oreille et de mémoire. Avez-vous fait une fausse note ? Plusieurs ? Si c’est le cas, vous devez bien comprendre que la connaissance des intervalles qui composent un exposé mélodique est un préalable à toute entreprise d’harmonisation – et, ce qui ne gâche rien, un excellent ear training.

L’étape suivante consiste à ajouter les fondamentales des accords de fonction, et ce, en se passant toujours au maximum de partition. En cas de doute, il faut bien sûr retourner à la chanson et tenter de deviner (voire relever) la trame harmonique élémentaire, en écoutant le bassiste notamment.

Dans la foulée, il faut aussi effectuer une analyse succincte :
Quelle est la forme ? Y a-t-il des modulations / des marches / des cadences (in)attendues ?

À partir de là, et seulement à partir de là, il peut être intéressant, mais pas du tout obligatoire, de comparer son travail avec une partition :

  • Real Books anciens et nouveaux ;
  • iRealPro ;
  • PDF glanés sur le net,
  • etc.

Les possibilités sont aujourd’hui immenses. Je n’irai pas jusqu’à singer Fred Hersch qui se vante de n’avoir jamais possédé ni même ouvert un Real Book (même si l’anecdote vaut d’être méditée, pour peu qu’on apprécie un tant soit peu les compétences d’un musicien d’un tel calibre). Toutefois, je vous invite à beaucoup de prudence quant à la manipulation de ces ouvrages : «pratiques, mais potentiellement handicapants » résume à peu près mon opinion sur le sujet.

Travailler l’harmonisation

La dernière étape consiste à proposer, selon ses moyens et son niveau, une harmonisation rudimentaire en utilisant des positions fondamentales. Pas de réharmonisations à ce stade, pas de renversements, pas de conduites de voix. Juste une mélodie clairement exposée et soutenue par une progression harmonique simple et équilibrée.
Ce faisant, il est impératif d’analyser le rapport mélodico-harmonique du thème, c’est-à-dire de savoir quelle est la nature de la note exprimée au chant par rapport à l’accord.

Encore des questions à se poser :

  • S’agit-il d’une note de la tétrade ?
  • La composition intègre-t-elle d’emblée des notes d’extensions ? Si oui, lesquelles ?
  • Les grilles et les chiffrages d’accords que vous avez glanés ici ou là sont-ils pertinents ?
  • Rendent-ils bien compte de ces extensions ?

Autant de questions qui vous aideront à structurer votre apprentissage et, plus important, à vous assurer d’une optimale mémorisation de l’œuvre. Soyez certains que cette méthode vous fera gagner un temps précieux. Brûler les étapes, au contraire, vous en ferait perdre et vous exposerait à un indésirable trou de mémoire, ce qui est beaucoup plus problématique…

 

Voilà, vous êtes prêts !

Avec ces petits conseils, vous devriez tirer le maximum des conseils et instructions qui vous seront prodigués tout au long de l’année.

Bon courage et très bonne année à tous !

 

– par Etienne Guéreau

 

Une réponse

  1. Sébastien dit :

    Article très intéressant, je cherche à me passer des partitions qui sont une facilité qui ne fait pas progresser au final.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *